En décembre 2014, le promoteur Michel Dallaire, accompagné du maire Labeaume, a annoncé l’achat de pràs de 200 hectares appartenant aux Soeurs de la Charité de Québec pour y construire 6 500 unités d’habitation et des espaces commerciaux. L’homme d’affaires souhaite y ériger une «miniville» de 20 000 habitants. Particularité du projet, tous les profits provenant de la vente d’unités iront à des œuvres de charité.

Suite à cette annonce, l’UPA a lancé un appel à la population pour sauver les terres patrimoniales des Sœurs de la Charité. La pétition en ligne compte à ce jour plus de 3 000 signatures. Toujours zonées agricoles, les terres ciblées par l’imposant projet immobilier devront passer sous la loupe de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

Le CRE – Capitale nationale a été très actif dans ce dossier pour mobiliser la population et les acteurs du milieu à la préservation de cet espace agricole au cœur de la ville, multipliant rencontres de concertation et interventions médiatiques.

Débat sur le dézonage agricole des 600 hectares de terres agricoles - Le CRE-Capitale donne son point de vue

Entrevue avec Catherine Lachaussée de Radio CKRL dans laquelle le directeur général du CRE-Capitale nationale, Alexandre Turgeon,  éclaircie les enjeux que fait face la ville de Québec en raison du nouveau projet de dézonage des terres agricoles. 

Directeur général et vice-président exécutif
alexandre.turgeon@cre-capitale.org
418-522-0006 #3161