En janvier dernier, le journal La Terre de chez nous rapportait que le Parti libéral aurait formulé des propositions à la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles en vertu desquelles les MRC se verraient confier des responsabilités relevant présentement de la CPTAQ. Cette question préoccupe plusieurs instances, notamment l’Ordre des agronomes du Québec qui a publié un long texte à cet égard dans l’édition du 14 février du journal Le Soleil.

Dans le contexte où les municipalités sont tributaires de revenus provenant majoritairement de la taxe foncière, le développement constitue une source financière attrayante. La perspective d’un transfert de responsabilité de la gestion du territoire agricole amène ainsi un risque accru d’influences de la part de développeurs envers les municipalités. Le même problème se pose aussi pour les milieux humides, qui sont sujets à d’énormes pressions de développement. Le CRE – Capitale nationale se penche actuellement sur ce dossier auprès des autorités compétentes afin de les sensibiliser aux dangers potentiels d’un transfert de responsabilités.